2

Trois ans après la tragédie, des restes du MH17 sont toujours sur le site du crash, et beaucoup de questions sont toujours sans réponse

À la veille du troisième anniversaire de la tragédie du crash du MH17, nous sommes revenus à Grabovo (dans l'Est de la République Populaire de Donetsk) avec des collègues de News Front et Patrick Lancaster, pour interviewer des témoins et vérifier si tous les restes de l'avion et des victimes ont été ramenés aux Pays-bas par le JIT.

L'un des témoins direct de la tragédie est un adolescent, qui nous a décrit ce qu'il a vu ce jour-là :

« J'étais à la rivière quand j'ai entendu une explosion et un claquement lourd. J'ai regardé le ciel et le Boeing est apparu là environ 10 secondes après. Il tournait dans le ciel, puis il est tombé en trois morceaux là-bas, je ne sais pas la distance exacte jusqu'à ce site. »

Cette première partie du témoignage est déjà intéressante. Car il mentionne deux bruits importants qu'il a identifiés comme étant une explosion et un claquement lourd. D'autres témoins interrogés par des journalistes comme Graham Phillips ou Patrick Lancaster, ont parlé de deux gros bruits AVANT que l'avion ne tombe et ne se brise. La description du premier bruit, me semble plus correspondre à celui d'un bang supersonique qu'à celui du lancement d'un BUK, dont le profil audio est très différent. Le deuxième, le claquement lourd, marquerait la détonation de ce qui a détruit l'avion.

Interrogé sur la présence d'un autre avion près du MH17, ce témoin n'en a pas vu à ce moment là, mais de nombreux autres témoins interrogés dans l'année qui a suivi le crash ont décrit la présence d'un autre avion, qui serait monté vers le MH17 avant qu'il ne soit détruit.

Par contre notre témoin a confirmé que durant la période où le crash a eu lieu, les avions de chasse ukrainiens sillonnaient cette partie du ciel presque tous les jours. De quoi mettre en doute les déclarations des autorités ukrainiennes affirmant que leurs avions de chasse n'avaient pas survolé cette zone ce jour-là. S'ils ne l'ont pas survolé, pourquoi le SBU semble-t-il avoir été déterminé à cacher leur présence dans le ciel ce jour-là, quitte à faire disparaître les témoins gênants ?

D'ailleurs le jeune homme ne nous donnera pas son nom, par sécurité. Une grand-mère qui passait par là peu après notre interview a refusé de témoigner face à la caméra, par peur. D'après ses dires, des personnes qui avaient accepté de témoigner en vidéo de la présence d'un autre avion ont disparu après avoir été côté ukrainien pour voir des proches. La vieille dame ne veut pas subir le même sort.

Cette question de la présence d'un autre avion dans le ciel n'est pas la seul restée en suspens concernant cette enquête. La présence de restes du MH17 dans le champ où il s'est écrasé et dans l'entrepôt situé juste à côté, trois ans après, est assez choquant, et on se demande ce qui retient le JIT de tout nettoyer correctement, et ramener le tout aux Pays-Bas.

Encore pire, dans l'entrepôt nous avons trouvé un petit os, qui devrait subit une analyse pour déterminer s'il s'agit un os humain. Nous l'avons trouvé sept mois après et dans le même entrepôt, où des journalistes néerlandais avaient trouvé un os appartenant à l'une des victimes. À l'époque il avait été demandé au JIT de finir de ramener tous les restes qui sont encore sur site.

Mais comme on peut le voir, les reste du MH17 et des victimes, tout comme la vérité, ne semblent pas être une priorité pour le comité d'enquête international.


Christelle Néant

DONI actus

Comments: 2 Comments

2

Comments

  • Comment by andré on 25 Jul 2017

    Votre article est bien mais faites attention car même Moscou a officiellement déclaré il y a quelques mois , ça a été publié sur sputnik et RT qu'il n'y avait aucun avion ukrainien dans le secteur ce jour là , donc vos témoins se trompent ou confondent mais la thèse de l'avion de chasse ukrainien ne tient plus depuis longtemps , surtout d'ailleurs un SU25 qui est pas du tout l'avion destiné à ce genre de mission , incapable de la réaliser.

    je cite Sputnik:
    « Le radar n'a enregistré aucun objet aérien étranger près de l'avion malaisien. Deux appareils civils aux numéros 1775 et 4722 font l'exception. Le premier a croisé l'avion malaisien bien avant de la catastrophe et le deuxième était situé à plus de 30 kilomètres de lui. Jusqu'au moment du crash de l'avion nous observons une absence d'objets étrangers », a déclaré Victor Mescheryakov.
    https://fr.sputniknews.com/international/201609261027922535-radar-crash-boeing-malaisien/

  • Comment by Christelle on 26 Jul 2017

    Sauf qu'il y a au bas mot 16 témoins qui ont vu ces avions de chasse. Et il y a un autre avion qui n'a pas été pris en compte : le Mig-29, dont la surface alaire est quasi semblable au Su-25 et qui pourrait expliquer la confusion qui a été faite au départ par le MoD russe. Enfin, les radars russes ne peuvent pas voir dans cette zone en dessous de 5 000 mètres. En clair si l'avion est resté sous le radar jusqu'à la dernière minute il peut ne pas être visible sur les radars russes.

Post a comment

View More