0

Incendie de l'entrepôt de munitions de Kalinovka (Ukraine) - Maladresse ou tentative délibérée d'effacer les traces d'un trafic d'armes ?

Incendie de l'entrepôt de munitions de Kalinovka

Depuis plusieurs mois, les révélations négatives se multiplient sur l'Ukraine, que ce soit des rapports sur les prisons secrètes et la torture pratiquée par le SBU, le scandale des moteurs de fusées Nord-Coréennes, et plus récemment le rapport d'Amnesty International qui dénonce la livraison illégale d'armes au Soudan du Sud par l'Ukraine.

C'est la société d'état Ukrinmash, qui d'après les preuves recueillies par Amnesty, aurait fourni en 2014 au Soudan du Sud des milliers de mitrailleuses, de mortiers, de lance-roquettes et de munitions qui ont servi à tuer des milliers de civils.

Si le conseil de sécurité de l'ONU n'a pas décrété d'embargo total sur les ventes d'armes au Soudan du Sud, ces dernières enfreignent néanmoins l'accord sur le commerce des armes que l'Ukraine a signé. Ce énième scandale ajoute une nouvelle tache à la réputation de l'Ukraine, qui est déjà bien salie depuis le Maïdan.

Ce scandale aurait pu se faire oublier comme bien d'autres, mais, de manière assez étrange, juste après cette annonce, un entrepôt de munitions a pris feu à Kalinovka près de Vinnitsa en Ukraine. L'incendie a provoqué la détonation d'une partie des munitions, obligeant 30 000 personnes à évacuer la zone autour de l'entrepôt en flammes.


Deux personnes auraient été blessées et étaient encore à l'hôpital hier, et quatre habitations ont été endommagées par le feu ou les munitions fusant de l'entrepôt en flammes. L'espace aérien a aussi été fermé dans un rayon de 50 km autour de la zone.

D'après des estimations fournies par Ivan Vinnik, secrétaire du comité national de sécurité et de défense du parlement ukrainien, au moins 30 % des munitions qui étaient stockées là (roquettes pour les lance-roquettes multiples Grad, Ouragan et Smerch) auraient été détruites ou affectées par l'incendie, générant une perte de 800 millions de dollars.

Ne croyant guère aux coïncidences fortuites, et sachant qu'un autre entrepôt avait pris feu à peine quelques jours avant à Novoyanissol, il y a de quoi se poser des questions.

Soit il y a un problème systémique d'application des règles basiques de sécurité lors du chargement et déchargement des munitions dans les entrepôts ukrainiens (auquel cas il est temps d'envoyer les soldats et les employés passer une formation expresse, et rendre l'alcootest obligatoire avant de commencer le travail), soit ces histoires d'entrepôts qui brûlent ne sont que l'arbre qui cache la forêt.

En mars de cette année, un précédent a eu lieu près de Kharkov, et il s'était découvert que le feu avait été volontairement mis à l'entrepôt, la veille d'une inspection, pour cacher l'ampleur du trafic d'armes qui y avait lieu.

Comme il y a six mois en arrière, suite à l'incendie de l'entrepôt de Kalinovka, les autorités ukrainiennes ont accusé les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), voire pour certains la Russie, d'être responsables de cet incendie.

Alors, je me suis dit que je voyais peut-être le mal partout en envisageant que ces incendies visent à cacher la « disparition » de munitions pour cause de revente illégale, mais voilà qu'une personnalité publique ukrainienne a émis mercredi la même hypothèse sur la chaîne TV ukrainienne 112 : Nadia Savtchenko. La députée ukrainienne a même fait un lien avec le scandale des livraisons d'armes au Soudan du Sud, en mentionnant le rapport d'Amnesty International.

« Je parle du fait que beaucoup d'entrepôts de munitions ont pris feu récemment. Pourquoi cela arrive-t-il, cela doit être identifié lors de l'enquête, mais tous ces entrepôts avaient été vidés depuis longtemps par le commerce des armes. Maintenant, tous les entrepôts qui ont pris feu devraient être analysés pour déterminer ce qui était réellement stocké là, » a-t-elle déclaré sur le plateau.

Pour elle, il ne faut pas seulement enquêter en surface, mais regarder tout cela de très près.

« Nous ne prenons pas en compte la possibilité qu'au moment où les entrepôts ont pris feu, ils étaient peut-être à moitié vides, et par conséquent on les a fait sauter, » a conclu Savtchenko.

Et il n'y a peut-être pas qu'au Soudan du Sud que l'Ukraine a vendu des armes. Depuis longtemps des connexions entre l'Ukraine et l'État Islamique existent et ont été dénoncées par la RPD, la RPL, mais aussi la Russie. Même certains médias ukrainiens ont fini par parler de ces connexions, qui ont permis à des terroristes islamistes d'obtenir la citoyenneté ukrainienne avant de se rendre en Europe.

Et alors que l'armée syrienne va de victoire en victoire et reprend des territoires qui étaient auparavant sous le contrôle de Daech, des découvertes intéressantes se font, comme ce drapeau ukrainien trouvé dans un poste de commandement abandonné par les terroristes près de Deir-ez-Zor. La présence de mots croisés en russe dans la même pièce que le drapeau, suggère que l'un des chefs terroristes présents dans cette zone serait un Ukrainien.

Il ne serait pas étonnant de découvrir peut-être un jour en Syrie, ou ailleurs où Daech est présent, des armes provenant de ces entrepôts ukrainiens qui ont pris feu, et où elles sont censées avoir été détruites par les flammes…

Christelle Néant

DONI actus

Comments: No comments yet

Post a comment

View More