0

Deux civils sont morts à Troudovskyi suite au bombardement de la localité par l'armée ukrainienne

Trou laissé par l'obus à Troudovskyi

Comme on pouvait le craindre au vu de la tendance des dernières semaines, l'escalade constante et l'augmentation des bombardements de la part de l'armée ukrainienne ont fini par faire de nouvelles victimes à la périphérie de Donetsk, à peine plus d'une semaine après qu'une femme soit morte et que son fils ait été grièvement blessé dans le même quartier.

Située à une rue à peine de l'endroit ou Tatiana Zaïchenko avait trouvé la mort, c'est une maison située au 25 de la rue Lougovskogo qui été prise pour cible par l'armée ukrainienne. Une habitation purement civile, éloignée de plus d'1,5 km des positions de l'armée de la RPD. Impossible de faire une erreur de tir pareille. L'obus qui est tombé dans la cour de la maison a tué sur le coup Lidia Artemieva, 80 ans, et son fils Viktor Artemiev, 54 ans.


Les proches, qui étaient déjà à l’œuvre pour nettoyer les dégâts n'ont pas voulu être filmés, mais on peut voir clairement que c'est la façade Sud de la maison (à droite sur la vidéo) qui a été touchée.

La trajectoire de l'obus est dès lors extrêmement facile à retracer, et mène directement aux positions ukrainiennes installées au Sud-Est de Maryinka :

Maison bombardée à Troudovskyi

Origine des tirs qui ont frappé Troudovskyi

Depuis plusieurs jours, le nombre de violations du cessez-le-feu par l'armée ukrainienne va crescendo, et les dernières 24 h n'ont pas fait exception avec 70 violations du cessez-le-feu au cours desquelles l'armée ukrainienne a tiré 694 obus d'artillerie, de mortier ou de char d'assaut sur le territoire de la RPD.

Ce matin, à 6 h, l'armée ukrainienne a ouvert le feu sur le district de Kievskyi à Donetsk. Dix obus ont frappé l'usine de Tochmash, certains n'ont pas explosé à l'impact et doivent être désamorcés. Heureusement, vu l'heure matinale, personne ne se trouvait sur place, évitant ainsi de nouvelles victimes.

Mais les nombreuses mines qui sont encore présentes sur le territoire, ont alourdi ce bilan déjà sanglant. Ainsi deux civils ont été blessés au Nord-Est de Gorlovka lorsque leur véhicule a roulé sur une mine.

Cette recrudescence de tirs sur des habitations éloignées du front, qui font de nombreuses victimes parmi les civils est inquiétante à plus d'un titre, car elle rappelle l'escalade qui a eu lieu il y a quatre mois, et lors de laquelle les civils avaient payés un lourd tribut. Au vu du nombre de pièces d'équipement militaire qui sont amenées près de la ligne de front par l'armée ukrainienne, et qui ont été vues et enregistrées récemment par l'OSCE et par les civils vivant dans la zone de l'OAT, nous ne pouvons que craindre une nouvelle aggravation de la situation sur la ligne de front.

Surtout qu'il n'y a pas que les civils que l'armée ukrainienne vise délibérément. Les infrastructures vitales sont aussi des cibles de choix, l'armée ukrainienne ne reculant devant aucun crime de guerre. Ainsi les 10 et 11 juin, l'armée ukrainienne a lourdement bombardé la localité de Vasilievka, visant délibérément la station de pompage et la conduite d'eau qui y passe.

Les obus ont endommagé une sous-station électrique, privant la station de pompage de courant. Et ce alors que cette station fournit l'eau à cinq stations de filtrage, dont quatre situées côté ukrainien, qui fournissent de l'eau à plus de 40 localités et 1,8 millions de personnes. Des localités comme Dokouchaevsk, qui dépendent de cette station, sont passées en état d'urgence.

Une première tentative d'inspecter la conduite et de réparer la station de pompage le 11 juin avait échoué, l'équipe de réparation et les officiers du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) s'étant retrouvés sous les tirs de l'armée ukrainienne, qui cherchait ainsi délibérément à empêcher le rétablissement de l'approvisionnement en eau.

Ce n'est qu'aujourd'hui, et grâce au travail acharné du CCCC pour obtenir le cessez-le-feu nécessaire, que les travaux de réparation ont pu commencer. Sous la protection du CCCC et des observateurs de l'OSCE, l'équipe de réparation a pu accomplir une partie des travaux, mais ceux-ci ne sont pas encore terminés, et il faut espérer que ce cessez-le-feu tiendra encore demain et les jours suivants pour que l'équipe de réparation puisse terminer les travaux.

Cet incident illustre bien le cynisme de l'armée ukrainienne et des autorités de Kiev qui n'hésitent pas à priver 1,8 millions de personnes d'eau potable, y compris au sein de la population qui se trouve sur le territoire qui est sous leur contrôle, pourvu que cela permette d'exterminer les habitants de la RPD.

Et pendant que l'armée ukrainienne prétend avoir avancé vers les positions de l'armée de la RPD à Kominternovo et de la RPL à Jelobok, la réalité est complètement inverse. Comme le montre cette vidéo, prise par les soldats de l'armée de la RPD près de Shirokino, plusieurs unités de l'armée ukrainienne (dont la 36e brigde) ont bel et bien abandonné leurs positions comme nous l'avions annoncé il y a trois jours. Et l'armée de la RPD a donc investi ces positions qu'elle occupe désormais.


Résultat, les médias ukrainiens qui avaient relayé cette information sur les soi-disant succès de l'armée ukrainienne, en se référant au service de presse du quartier général de l'OAT viennent de de ridiculiser. Pour se dédouaner, le quartier général de l'OAT a déclaré que c'était le conseil national de sécurité qui avait exigé des médias ukrainiens qu'ils relayent ces rapports erronés en se faisant passer pour le quartier général de l'OAT. Si cela est vrai, la question est alors : comment les médias ukrainiens peuvent-ils ne pas faire la différence entre ce qui vient du quartier général de l'OAT et ce qui vient du conseil national de sécurité ?

En attendant que les médias ukrainiens et occidentaux fassent leur travail, le jeu de massacre de l'armée ukrainienne continue dans le Donbass, et comme toujours, ce sont les civils qui payent le prix le plus lourd.

Christelle Néant

DONI actus

Comments: No comments yet

Post a comment

View More