0

Nouveau rapport d’enquête sur le vol MH-17 : « mentir pour la justice » - Max van der Werff

L’enquêteur bien connu aux Pays-Bas sur la tragédie du MH-17, Max van der Werff était en visite en République populaire de Donetsk en octobre 2015 pour recueillir plus de faits sur le crash de l’avion malaisien le 17 juillet 2014. La publication récente de ses conclusions soulève de nouvelles questions importantes. Ce que nous pouvons dire c’est que les faits relatés par les médias ou les responsables ukrainiens ou d’autres investigateurs de l’Ouest ne tiennent plus.

Le nouveau rapport d’enquête apporte beaucoup de nouvelles informations, il a été publié le 21 novembre 2015 sur le site officiel de Max van der Werff. La lecture de ce document et les matériaux présentés au sujet d’un tir d’un système de missile sol-air Buk font voler en éclat la supposition selon laquelle un missile aurait été tiré de la partie contrôlée par les insurgés.

Max van der Werff a été sur place à la collecte d’informations, se penchant attentivement sur les rapports publiés et comparant les faits, les réclamations, dénonciations, accusations et allégations de l’Occident sont présentés comme être de la pure propagande antirusse. Dans son rapport van der Werff donne aux lecteurs la possibilité de comparer soi-même les différentes conclusions d’un camp ou de l’autre. Il ne propose pas sa propre opinion mais pose au contraire des questions difficiles qui devraient permettre d’obtenir des réponses.

Lorsque l’on compare les sites de lancement présumés d’un système Buk contre le MH-17, quatre différents sites sont proposés, cependant le plus important est que nous ne savons pas si le projectile fut tiré réellement par un système Buk et s’il y avait le moindre système de ce genre dans les parages.

Comment est-il possible dès lors que le témoin présenté par le journal allemand Der Spiegel montre une vidéo sur le système Buk mis en scène et qui serait le coupable dans la destruction du Boeing 777 de la compagnie malaisienne ? Personne n’a pensé en effet à interroger le journaliste allemand sur sa source, alors que Max van der Werff a obtenu la preuve que ledit journaliste allemand ne se trouvait pas dans la zone mais tranquillement chez lui en Allemagne le 17 juillet 2014. Au contraire, l’investigateur néerlandais apporte la preuve d’une machination.

Ainsi, il est avéré que l’agence Reuters a publié un témoignage qui se basait sur un matériel falsifié et discrédité. Van der Werff a rassemblé des faits et démonte un à un chacune des possibilités de site de lancement montrant leur inexistences. La Fédération de Russie n’a jamais confirmé que le MH-17 avait été abattu par un système de missiles Buk et l’analyse montre que les compétences et la méthodologie de Bellingcat Team sont en dessous de toutes les normes et standards acceptés. Même le journal Der Spiegel avait admis que le rapport Bellingcat ne pouvait rien prouver.

Une des nombreuses découvertes de Max van der Werff à Donetsk obtenues sur place au mois d’octobre est que le tir par un lanceur de missile Buk entre les mains des rebelles est impossible. Le trajet du camion, montré sur les photos et portant le lanceur compte en effet un pont sous lequel l’engin n’aurait jamais pu passer. La hauteur complète de l’appareil est de 4,7 mètres pour un pont se limitant à 4,5 mètres. La théorie annoncée du trajet du système Buk s’écroule donc à son tour et le manque de preuves pour appuyer les revendications ukrainiennes et occidentales est total.

A la fin de son rapport, Max van der Werff pose 15 questions difficiles pour les autorités et qui tant qu’elles n’obtiendront pas de réponses ne pourront jamais déterminer des conclusions finales sur la destruction du vol MH-17. Jusqu’à que ces questions obtiennent des réponses, aucune vérité ne pourra être énoncée sur le drame qui se déroula dans le ciel de Donetsk ce jour-là.

J’ai eu personnellement l’honneur de rencontrer Max van der Werff ici à Donetsk durant sa première enquête de terrain. Ce que je sais de la masse de preuves qu’il est nécessaire d’accumuler para rapport aux matériaux publiés par les Occidentaux laissent rêveur sur le « travail » qui a été réalisé. Van der Werff est un homme d’expérience et un investigateur avisé qui ne tombe pas si facilement dans les réponses et spéculations faciles. La véritable enquête produit par contre des résultats concrets, Max van der Werff avance dans la direction de la résolution de l’énigme de la très tragédie du MH-17 avec efficacité.

Lien vers le rapport sur le MH-17 « mentir pour la justice » de Max van der Werff :

http://kremlintroll.nl/?p=605

Agence DONi News, Janus Putkonen, directeur et rédacteur en chef

à la une de DONiSuggested Articles

Comments: No comments yet

Post a comment

View More