1

L’armée ukrainienne bombarde la périphérie de Donetsk : sept civils blessés, ainsi que huit maisons et 12 immeubles endommagés

Immeuble endommagé suite au bombardement de l'armée ukrainienne

Depuis plus d’une semaine, l’armée ukrainienne augmente doucement mais sûrement ses bombardements contre le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD). Et la nuit dernière, elle s’est particulièrement acharnée sur la périphérie Ouest de la capitale.

Du 10 au 11 avril à 6 heures, l’armée ukrainienne a ainsi violé le cessez-le-feu à 28 reprises, tirant 587 munitions contre le territoire de la RPD. Pour la première fois depuis le début de la trêve de Pâques, les soldats ukrainiens ont utilisé l’artillerie lourde de 152 mm, contre la zone proche de l’aéroport de Donetsk (centre Volvo). En plus des 20 obus d’artillerie de 152 mm, l’armée ukrainienne a tiré durant ces 24 heures, 115 obus de mortier de 120 mm et 58 obus de mortier de 82 mm.

Une partie de ces derniers a atterri sur les zones résidentielles des districts de Kouibychevskyi et Kirovskyi à Donetsk ainsi que sur la localité de Staromikhaïlovka. La plupart des tirs ayant touché les zones civiles ont eu lieu tôt ce matin dès 5 h, pour ne s’arrêter qu’à 7 h 30.

Carte des zones bombardées par l'armée ukrainienne

Le bilan matinal de trois civils blessés et 12 habitations endommagées a été brutalement revu à la hausse en cours de journée alors que les informations étaient transmises aux autorités. Le bilan final fait état de sept civils blessés (quatre dans le district de Kouibychevsky, et trois à Staromikhaïlovka), ainsi que de huit maisons et 12 immeubles endommagés (dont presque toutes les fenêtres ont été soufflées par les explosions dans certains cas).

Les habitants oscillent entre colère et résignation, alors que certains immeubles venaient de recevoir des fenêtres neuves pour remplacer celles qui avaient été détruites par les bombardements précédents.

Bien que déjà lourd, ce bilan aurait pu être bien pire comme nous l’a fait remarquer une habitante interviewée. Si les tirs avaient eu lieu de jour et pas lorsque les gens dormaient, ces tirs auraient provoqué un bain de sang, car plusieurs obus ont frappé les rues ou les cours intérieures des immeubles, où les gens passent en grand nombre en journée pour aller travailler ou faire leurs courses, et où les enfants jouent.

Plusieurs gazoducs et lignes électriques ont aussi été endommagés ou coupés suite à ces bombardements.

Voir le reportage vidéo :


Et la situation ne semble pas être prête de s’améliorer, car depuis ce matin 6 h, les représentants de la RPD au sein du CCCC ont déjà enregistré 14 violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne, et la nuit n’est pas encore tombée !

Cette escalade brutale de la situation est à rapprocher de ce qui se passe en Syrie, et qui n’est pas de nature à rassurer. Entre menaces de frappes américaines, et menaces de réponses sérieuses de la part de la Russie, Eurocontrol a émis un bulletin d’alerte pour les 72 prochaines heures dans l’Est de la Méditerranée.

Et plusieurs analystes, comme Paul Craig Roberts ou le Saker s’inquiètent ouvertement de l’issue d’une telle confrontation entre les États-Unis et la Russie. Si le premier s’inquiète du fait que les deux super puissances sont « au seuil de la guerre », le deuxième souligne que les Russes sont prêts pour la guerre.

Syrie et Donbass ne sont que les deux fronts d’une même guerre et il est à craindre que l’embrasement de l’un ne provoque celui de l’autre, voire celui du monde. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’à l’image de la Grande-Bretagne qui refuse d’aller bombarder la Syrie faute de preuves, les autres va-t-en-guerre occidentaux reculeront aussi devant la détermination russe.

Christelle Néant

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d'information.

DONI actus

Comments: 1 Comment

1

Comment

  • Comment by Corso on 12 Apr 2018

    l’armée ukrainienne est le laquai des américains et leur OTAN,j'y vois derrière la main de la CIA !

Post a comment

View More