2

Incendie dans un entrepôt de munitions près de Tchernigov (Ukraine) - Des milliers de tonnes de munitions parties en fumée

Photo © 2018 AFP / Genya SAVILOV

Dans ce qui est déjà le cinquième incident de ce type en trois ans, des milliers de tonnes de munitions sont parties en fumée dans l’incendie d’un entrepôt de l’armée ukrainienne, situé près de Tchernigov, dans le nord de l’Ukraine.

Depuis la prise de pouvoir des autorités de Kiev post-Maïdan, c’est déjà le cinquième incendie d’entrepôt de munitions de grande taille. Le 23 mars 2017, un incendie éclatait au dépôt de munition de Balakleya, près de Kharkov. Une personne avait été tuée et cinq blessées.

En mai 2018, un nouvel incendie se déclarait au même endroit, alors que les travaux de désamorçage des munitions encore présentes sur le site n’étaient pas terminés. Le même mois, une explosion avait lieu dans un dépôt de munitions situé près de Staraya Nikolayevka, dans la région de Donetsk.

Le 26 septembre 2017, c’est les entrepôts de Kalinovka, dans la région de Vinnitsa qui avaient pris feu, obligeant les autorités ukrainiennes à évacuer plus de 30 000 personnes.

Et aujourd’hui, c’est dans la région de Tchernigov, que l’entrepôt d’Ichnia (402 hectares de stockage où se trouveraient environ 88 000 tonnes de munitions) est la proie des flammes. La population a été évacuée dans un rayon de 16 km autour des entrepôts, soit environ 19 000 personnes, et il n’y aurait pas de blessés d’après les autorités.

Par contre la fumée aurait incommodé plus d’une soixantaine de personnes qui ont dû se rendre chez leur médecin pour y recevoir un traitement adéquat.

Une vidéo montrant l’intensité des explosions a été publiée :


Cet incendie relance la question de la sécurité du stockage des armes et munitions en Ukraine, et surtout les discussions sur la raison réelle de ces explosions d’entrepôts à répétition.

Pour beaucoup d’experts, le fait que de tels incidents ont lieu ainsi à répétition ne peut pas être dû au hasard. Si on exclut l’excuse facile des autorités de Kiev du type « c’est la faute des Russes » (excuse à laquelle le procureur militaire ukrainien n’a pas l’air de croire vu qu’il a lancé des poursuites pour négligence envers les soldats en charge de l’entrepôt), les experts envisagent deux hypothèses :
1) Soit il y a un très gros problème dans la manière dont les munitions sont stockées et contrôlées ;
2) Soit ces incendies à répétition servent à cacher à d’éventuelles missions d’inspection l’étendue des vols de munitions qui sont revendues au marché noir.

Cette discussion est arrivée jusqu’à la Rada, où Anton Guerachtchenko, député et membre du comité du ministère de l’Intérieur, a déploré que les munitions détruites représentent plusieurs centaines de millions de dollars, et qu’elles ne pourront pas être remplacées, faute d’usine de production en Ukraine.

« La tragédie est que l’Ukraine va de nouveau perdre des munitions - un stock qui coûte des centaines de millions de dollars - qui ne sont pas produites en Ukraine. Ce qui explose actuellement ce sont des obus - rares - pour obusiers de 122 mm, des roquettes pour les systèmes Grad. Tout cela n’est pas produit en Ukraine, » a déclaré Guerachtchenko sur le plateau de la chaîne Priamoï.

Le député a souligné que les conditions de stockage des munitions étaient déplorables, et que la situation des entrepôts de Tchernigov était connue depuis l’an passé.

« L’an passé, quand il y a eu une explosion près de Kalinovka, des photos ont été publiées montrant l’état des stocks à Ichnia - juste des tas d’obus, des milliers de tonnes posées au sol à l’air libre et rouillant là depuis des décennies, » a rajouté Guerachtchenko.

Pour lui, le président ukrainien devrait lui-même tirer les conclusions après ce cinquième incendie d’entrepôt.

« Le président ukrainien, en tant que commandant suprême, après le cinquième incident d’explosion dans des entrepôts, devrait évaluer la qualité du travail du personnel de l’État-major et en tirer des conclusions personnelles », a conclu le député.

Guerachtchenko n’est pas le seul à tirer à boulets rouges sur les autorités de Kiev, Ioulia Tymochenko, opposante à Porochenko dans la course à la présidentielle ukrainienne en a aussi profité pour tirer son épingle du jeu. Pour elle, aucune leçon n’a été tirée des incidents précédents et il y a de grosses questions à se poser sur les éventuels manquements et négligences de l’armée ukrainienne.

Alors que les autorités ukrainiennes annoncent avoir réussi à sauver 56 500 tonnes de munitions avant qu’elles ne prennent feu, la nature des munitions stockées dans ces entrepôts fait débat.

La République Populaire de Donetsk (RPD) a fait savoir par le chef du service de presse de la milice populaire, que des roquettes de BUK, modèle 9M38, auraient été stockées dans ces entrepôts, ainsi que la documentation attenante.

D’après Daniil Bezsonov, l’incendie aurait eu lieu après que la communauté internationale ai demandé à l’Ukraine les documents concernant le missile BUK montré par le JIT en mai 2018, et que la Russie a identifié comme étant aux mains de l’armée ukrainienne.

La présence de roquettes BUK et de munitions d’un calibre supérieur au 122 mm dans ces entrepôts a été démentie par l’armée ukrainienne. Mais il serait bien pratique pour l’Ukraine que les roquettes de BUK et leur documentation soient parties en fumée.

Car ainsi, l’Ukraine pourrait dire au JIT qu’ils n’ont plus les documents concernant leurs roquettes BUK, comme ils l’ont fait pour les données de radar primaire, évitant ainsi d’avoir à justifier ce qui est réellement arrivé à la roquette présentée comme preuve par le JIT. Si tel est le cas, nous le saurons dans les mois qui viennent, lorsque le JIT répondra à la conférence de presse du ministère russe de la Défense.

Cet incident serait aussi consécutif à la venue d’un groupe d’officiers de l’OTAN dans ces entrepôts, et au résultat d’un audit révélant l’absence massive de munitions dans ces entrepôts pour une valeur de plus de 2 milliards de hryvnias. D’après les données de la RPD, il y avait 130 000 tonnes de munitions dans ces entrepôts, fin septembre 2017, et seulement 80 000 tonnes lors de l’inspection des entrepôts cette année.

Cet incendie visait clairement à cacher quelque chose, la question reste à savoir s’il s’agissait de cacher un « simple » vol massif de munitions revendues au marché noir (y compris aux milices populaires du Donbass), ou s’il y avait encore plus important à cacher.

Quoi qu’il en soit, il est à craindre que cet incendie d’entrepôt de munitions ne soit pas le dernier en Ukraine.

Christelle Néant

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d'information.

DONI actus

Comments: 2 Comments

2

Comments

  • Comment by Jeroen on 10 Oct 2018

    Il n'est pas possible également que les entrepôts prennent feu intentionnellement parce que les militaires ukrainiens en ont assez de la guerre ? On sait que le morale des troupes est au plus bas, que les désertions sont nombreuses, et que hormis les milices, les militaires ne veulent pas aller au front !

    L'OTAN et les EEUU viennent d'annoncer l'envoi de nombreux armements, ce qui annonce une offensive prochaine, en tout cas l'OTAN y pousse de toutes ses forces ... En détruisant par avance les stocks de munitions, les militaires se prémunissent d'une attaque imminente, il faudra au moins quelques semaines supplémentaires avant de pouvoir la lancer. L'hiver est proche et ensuite pendant les élections ce ne sera plus possible, les nouvelles du front auront trop d'impacts sur le résultat ! S'ils voulaient déclencher une attaque, c'était maintenant !

  • Comment by CROCE on 13 Oct 2018

    Les pövres !
    Déjà qu'avec tout le matériel de mort mis gracieusement à leur disposition par les nazis européens et américains, ils n'arrivent même pas à mettre la pâtée aux civils du Donbass, s'ils doivent se battre à main nue, ça va être mission impossible !
    Je ne suis pas loin de penser que ce sont des éléments de l'armée régulière qui ont fait sauter ce dépôt de munitions, car ils en ont marre d'être pris comme boucs émissaires des exactions commises dans le Donbass, alors que ce sont les milices nazies de Kiev qui en sont les auteurs !
    D'ici que l'armée ukrainienne prenne le pouvoir par la force, et pende hauts et courts Porochenko et sa clique, il n'y a pas loin !
    En tous cas, je l'espère de tout mon cœur pour les ukrainiens.

Post a comment

View More